Nicaragua – Paradis des backpackers

Nicaragua – Paradis des backpackers

Nicaragua signifie « l’eau de Nicarao », du nom d’un grand chef amérindien qui gouvernait ces terres. Le Nicaragua est un pays d’Amérique centrale frontalier du Honduras (au nord) et du Costa Rica (au sud). Le Nicaragua n’est pas très grand (le quart de la France) et n’est pas un pays cher.

 

On peut parfaitement envisager d’y passer un petit mois pour 500 € à condition de ne pas être exigeant en termes de confort (hospedajes basiques) et de ne voyager qu’en bus. Cela dit, en dormant dans les meilleurs hôtels et en louant un 4×4, on peut aussi voir le budget s’envoler vers les 1 000 € la semaine… Tout dépendra donc de vous. Une chambre d’hôtel revient à environ 30 €, et trois fois moins chère dans une maison d‘ hôtes. On peut manger pour moins de 10 € si on achète des produits locaux, plus cher dans les restaurants en ville.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un pays très étendu, le Nicaragua dispose d’une grande variété de paysages. Ce pays est très apprécié des Backpackers car la vie est bon marché, j’avais donc hâte de le découvrir!Bienvenue au Nicaragua, le paradis des backpackers en Amérique Centrale. Avec ses villes coloniales telles que Granada ou Leon, ses longues plages de sable noir du côté de Pochomil, l’île d’Ometepe, le volcan Cerro Negro, les Corn Islands, son coût de la vie peu cher, ce pays séduit de nombreux voyageurs et notamment les Backpackers.

Le Nicaragua peut être découpé en trois régions distinctes: Ouest, Centre et l’Est

 

A l’Ouest, la côte Pacifique est pourvue de belles plages sauvages qui se prêtent à merveille à la pratique de sports nautiques comme la voile, le surf mais aussi le Kayak. L’eau est bonne mais, attention, les courants sont souvent puissants et les rouleaux pas de tout repos. Ceci explique d’ailleurs l’engouement des surfeurs pour la région de San Juan del Sur. On ne se met guère à l’eau dans la baie même, mais plutôt à la playa Hermosa et la splendide playa Coco au sud (crédit photo intursrl).

 

 

La côte pacifique, essentiellement Hispanophone, est traversée par une importante cordillère volcanique, composée de volcans toujours actifs. Elle est parsemée de lagunes et c’est ici que vous profiterez des deux grands lacs, celui de Managua et du Nicaragua.

Elle rassemble les grandes agglomérations dont Managua, la capitale, mais aussi Léon et Granada, les deux principales villes coloniales et historiques. Pour voir l’essentiel de l’ouest, si vous vous déplacez en bus, il sera difficile de rester moins d’une semaine!

 Après quelques mois passés à vadrouiller le Mexique, le Belize, le Guatemala, le Salvador et le Honduras, ma première impression sur le Nicaragua a été un peu négative!

Je n’étais pas émerveillée par les villes que je traversais telles que Esteli ou Matalgapa. J’avais envie d’avancer vite pour atteindre la ville de Léon, beaucoup plus intéressante selon les voyageurs. Cependant, pour les passionnés de balades dans la forêt tropicale, il y a les réserves privées, parfois très vastes, comme la Selva Negra (près de Matagalpa) et Miraflor (près d’Estelí). On croise assez aisément des singes hurleurs et toutes sortes d’oiseaux exotiques. Beaucoup de ces réserves privées proposent des randonnées guidées à pied ou à cheval. L’équitation se pratique aussi dans les zones balnéaires, à des tarifs très abordables (10-12 $ de l’heure).

Après quelques heures de bus locaux, me voila donc à Leon, l’ancienne capitale, centre intellectuel du pays, grâce à ses universités et sa richesse culturelle. La Cathédrale Métropolitaine, de nombreuses églises, les anciennes maisons coloniales et leurs balcons en fer forge, les céramiques, sont autant d’attraits non négligeables de cette ville.

 

Les touristes venus des 4 coins du monde s’y installent pour pratiquer la célèbre excursion: luger ou surfer le volcan Cerro Negro avec ses pentes recouvertes de cendre.

Quelle expérience! Un de mes plus beaux souvenirs de voyage! La compagnie “Big Foot Hostel & volcano boarding” sera répondre à toutes vos questions. Comment couronner ma journée? En tombant sur un crotale ou serpent à sonnettes, capturé par un de nos guides, frisson assure!

De León, il ne faut guère que 30 minutes pour rejoindre l’immense plage de sable gris de Poneloya, qui s’anime surtout en fin de semaine. Las Peñitas, à côté, fait face à l’isla Juan Venado, une île déserte que l’on peut aborder en kayak ou en lancha avec un pêcheur.  Au menu: tortues marines, caïmans, iguanes, …et on ne parle pas de les manger, mais de les observer à distance! Les fous de randonnée profiteront de leur séjour dans la région pour se mesurer à trois géants : le Momotombo (photo ci dessous) dont le cône se hisse juste au-dessus des eaux du lac de Managua; son voisin le Cerro Negro; et plus loin au nord-ouest, passé Chinandega, le Cosigüina (réserve naturelle) dont le cratère renferme un petit lac vert émeraude. Dans tous les cas, mieux vaut faire appel à un guide (certains hébergements de León proposent ces excursions).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Managua, la capitale entourée de lacs et de lagunes, présente assez peu d’intérêt et fait partie des capitales les plus dangereuses d’Amérique Centrale. (Façades des maisons barricadées).

En revanche, Granada, à 40km au Sud, est une magnifique ville coloniale, incontestablement la plus belle, avec sa Place Centrale « el zocalo » et ses animations permanentes, sa cathédrale aux blanches colonnes, ses hôtels de charme, son marché municipal… Le Cocibolca aussi appelé Grand Lac du Nicaragua, est l’un des plus grands lacs d’eau douce de la planète, grand comme la Corse, et vaut le détour pour sa faune et flore tropicale

 

 

Las Isletas, archipel formé de 365 petites îles verdoyantes à l’intérieur de ce lac, peut être découvert sur de petites barques au départ de Granada.

Il y a aussi l’Isla Zapatera, son archipel et son parc national… Une excursion sympa à la découverte de pétroglyphes. Sur terre, le volcan Mombacho (1 344 m) en appelle à une balade géniale à travers une extraordinaire forêt pluviale où résonnent les cris des oiseaux. Parfois même, le sommet sort des nuages et le soleil pointe son nez… Une route grimpe sur les pentes, accessible en 4×4 ou en navette.

 

L’Ile d’Ometepe est dominée par de 2 volcans dont l’ascension est l’une des principales attractions du pays.  De nombreuses activités sont possibles à un rythme très différent du reste du pays. On se baigne aussi sur l’île d’Ometepe, en particulier sur la belle plage de sable noir de Santo Domingo.

 

 

Le centre du Nicaragua quant à lui, est principalement marqué par la Cordillera Isabella. Dans cette région, l’altitude moyenne est de 600m.

À mi-chemin de Managua et de Granada, la petite ville de Masaya conserve un visage colonial plutôt charmant. La région étendue entre la laguna de Masaya et celle d’Apoyo est connue sous le nom de Pueblos Blancos, les « villages blancs ». C’est un centre d’artisanat, principalement la poterie, réputé pour ses fêtes traditionnelles. La ville est réputée pour la lagune de Masaya, un autre lac de cratère aux eaux bleutées  et son volcán Masaya, le plus accessible du pays, devenu parc national.

Si vous avez un peu de temps devant vous, faites une escale à Pochomil sur la côte ouest, face à Masaya. Un endroit idéal pour le surf, les activités sportives et les familles. Cette petite ville bien tranquille vous permettra de profiter également des grandes plages de sable noir.

Dormez chez mon ami André del « casa del titto » un petit paradis en front de mer tenu par un québécois. Si ce n’est pas déjà fait, André propose de vous faire découvrir la poutine québecoise!

 

A l’Est, côté Atlantique, s’étend la vaste plaine côtière de la Mosquita ou Mosquito Coast offrant de magnifiques plages de sable blanc. Bordée par les eaux cristallines des Caraïbes, « La Costa » comme l’appelle les Nicaraguayens, était autrefois recouverte par la forêt tropicale. Elle est aujourd’hui plus clairsemée car victime des méfaits d’une intense déforestation pour l’exploitation de bois.

La Côte Est, très marécageuse, couverte de jungle, possède une culture plutôt caribéenne, on y parle l’anglais et de nombreuses langues locales. Face au manque d’infrastructures, les déplacements se font beaucoup en bateau. Ce qui n’empêche pas la région de cacher de fabuleux spots balnéaires, notamment sur les îles du Maïs (Islas del Maiz), situées à un peu plus de 50 km du littoral.  Quant aux îles des Corn Islands, elles sont prisées par les plongeurs pour la beauté et la diversité de leurs fonds-marins.

J’avais choisi de me rendre du côté des caraïbes en empruntant un petit avion d’une cinquantaine de places, au départ de Managua.

Lorsque vous arrivez à Bluefields, vous attendez comme tout le monde, la fameuse pirogue motorisée appelée “pangas” qui vous emmènera jusqu’aux Corn Islands, un de mes pires souvenirs! Le temps est gris, la mer est noire, l’attente est longue…. Je vois débarquer les anciens passagers, pétrifiés, mouillés, heureux d’avoir retrouvé la terre ferme et à ce moment la je me dis: “ je ne sens pas cette barque, regardes leurs visages! ”

Effectivement j’avais raison… A peine sortie du port, je commence à comprendre que les 2 h de navigations vont être longues, très longues….. La mer est démontée, un calvaire pour nous tous y compris les locaux… le bateau tangue à gauche puis à droite et parfois n’arrive pas à passer de face, les vagues violentes qui se jettent sur nous! Je vois des larmes coulées sur les visages et certains prient… l’angoisse monte car notre pirogue est prise au piège et se retourne souvent à 90°C. Les cris des passagers me tétanisent, je me dis que nous allons tous tomber à l’eau et attendre que ces gentils requins marteaux viennent nous dévorer…

Je surprend une discussion du capitaine disant qu’il est habitué à traverser les mers démontées car il  est passeur de drogue pour les narcos et exécute ces taches le soir pour se cacher des douaniers maritimes! Et bien bienvenue au Nicaragua!Vous l’aurez compris, lorsque nous atteignions l’île, les insulaires rigolent en nous voyant dans la pirogue, mouillés et apeurés. Que d’aventures mais cela fait partie du voyage!

 

J’y suis restée 4-5 jours pour me reposer et tenter d’apercevoir en plongée les requins marteaux 🙂 Malheureusement, ils sont assez trouillards et je n’en aurai pas vu un seul! Du coup il ne me reste plus qu’à profiter des belles plages et faire du snorkeling.

 

Le Nicaragua possède de nombreux atouts

 

Encore peu ouvert au tourisme, il vous séduira justement par son coté authentique: lacs, volcans, faune et flore variées, longues plages sauvages et forêts.

Suivant l’exemple du Costa Rica, plusieurs parcours d’accrobranches ont été aménagés, alternant plates-formes suspendues dans les arbres et glissades le long de câbles d’acier. Le Tiscapa Canopy Tour, à Managua, est installé sur les flancs du lac de cratère du même nom. Da Flying Frog, aux portes de San Juan del Sur, affiche le plus long parcours, avec des vitesses de pointe à 70 km/h et le franchissement d’un profond canyon…(crédit photo daflyingfrog)

 

Si vous partez pour un périple au long cours en Amérique Centrale, il serait utile de prévoir deux semaines pour l’ouest et le nord du Nicaragua, et une semaine de plus si vous vous décidez à descendre sur la côte caraïbe et jusqu’aux Corn Islands. Pas mal de routards y finissent leur séjour par quelques jours de farniente sous les cocotiers.

Les infrastructures touristiques du Nicaragua ne sont pas encore suffisamment développées.

Malgré le retour de la démocratie et de la stabilité politique, le Nicaragua demeure encore un pays un peu dangereux (son voisin le Honduras détient la quand même la palme en terme d’insécurité) notamment dans la capitale. Managua ne vaut pas le coup de s’y arrêter, les maisons sont barricadées, les attaques fréquentes ( je me souviendrai toujours de ce suisse rencontré à l’hôtel, pris au piège dans un taxi et qui s’est fait dépouillé par 6 personnes dont 1 armé 🙁

Cependant, beaucoup repartent avec le sentiment d’avoir rencontré le plus attachant des pays d’Amérique centrale, avec une population très accueillante.

 

 

Partager:

4 Commentaires

  1. Chloe
    / 11 h 57 min

    Bonjour avec mon copain on compte s’installer 3 mois au Nicaragua. Mais tu ne sembles pas conquises. Tu nous le déconseillés? Nous cherchons à pêcher faire de ma plongée, un début pour moi qui suis pas à l’aise avec l’eau et les fonds marins mais je veux surmonter ça, surfer, faire les marchés… on avait réfléchis à l’Argentine, et au Mexique aussi

    • Mademoiselle Voyage
      Auteur/autrice
      / 15 h 35 min

      Bonjour Chloe

      J’y suis allée il y a maintenant de ça, 7-8 ans et à l’époque c’était le pays où je m’étais le moins sentie en sécurité. C’est mon ressenti ne l’oublies pas! Si tu veux faire de la plongée Honduras est l’endroit parfait du moins sa côte mais le pays est plus risqué que le Nicaragua. Maintenant je ne suis pas sure que ce soit le bon moment pour t’installer au Nicaragua au vu de ce qui se passe actuellement ? Nous connaissons des personnes qui ont préféré repousser leur déménagement car la situation est un peu instable! Après ce sont tes choix et pas les miens 🙂
      Bon dimanche

  2. fleury philippe
    / 20 h 41 min

    boujour de france oui le nicaragua et un beau pays je cherche un petit village sur la cote pacifique
    avec possibilite d hebergement pour la peche avec des locaux es possible pourriez vous me donner
    une adresse voir des prix ou un francais qui pourrai me sortire en mer

    merci pour la reponse

    • Mademoiselle Voyage
      / 17 h 28 min

      Bonjour Philippe

      Merci pour votre message mais la seule plage que je connais c’est celle que je cite dans l’article, celle où j’ai séjourné à Pochomil..peut etre que sur place vous pourrez avoir des contacts pour la pêche avec les locaux. André est québecois et possède une guest house, je suis sure qu’il vous orientera. Toutes les coordonnées sont dans l’article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.