Grande Terre, à la découverte du caillou

Grande Terre, à la découverte du caillou

Bienvenue en Nouvelle-Calédonie, terre perdue au milieu du Pacifique, découverte par James Cook le 4 septembre 1774, puis rattachée par la suite à la France le 24 septembre 1853. Ce pays est un archipel d’une multitude d’îles et d’îlots entouré d’un lagon d’une richesse extraordinaire classé selon les zones au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un véritable paradis pour quiconque daigne l’approcher!

 

Nous allons vous présentez, en 3 articles, l’essentiel de ce pays que nous avons visité avec Grande Terre, l’île des pins ainsi les îles loyautés (Lifou et Ouvea).
Commençons donc par l’île principale, Grande terre, plus communément appelée… Le caillou

 

LA COTE OUEST: PARC DES GRANDES FOUGERES, BOURRAIL, KONE, VOH ET POUM

 

  • Le parc des grandes Fougères du côté de Farino

Notre première étape nous envoie dans un lieu idéal à 1H15 de route de Nouméa afin d’y rencontrer l’animal emblématique de la Calédonie, le Cagou.
Cet oiseau ne sait pas voler car il n’a jamais eu de prédateurs et a perdu par conséquent, cette aptitude. Vous aurez peut être la chance de l’apercevoir dans ce parc à plusieurs reprises.

Le parc (400Francs l’entrée/p) est composé de plusieurs circuits de randonnées allant de 1h30 à 6h où vous pouvez vous promenez à travers des sentiers pour contempler de temps à autre, à pied ou à vélo, ces “arbres” fougères donnant leur nom au parc. Le parc des grandes fougères est tout simplement une immense réserve de différentes espèces de palmiers et de fougères endémiques et permet de s’aérer le temps d’une journée et de pratiquer du footbike (hybride entre le vélo et la trottinette).

Si vous le pouvez, faites-le un dimanche où a lieu le marché de Farino (à seulement 6km du parc) de manière à faire vos courses de produits locaux pour le pique-nique du midi. Ce marché à une thématique différente 1 dimanche par mois et au mois de Septembre, c’est celui du vert de bangoule: met traditionnel de saison qui se déguste cru ou cuit! Une attraction ou un complément à votre déjeuner, c’est au choix…

 

  • Bourail et la plage de la roche percée

 

A 2h de route de Nouméa, ce coin que l’on appelle la brousse, est charismatique pour ses paysages où broutent les troupeaux de bœufs face aux cocotiers. C’est également ici que l’on peut observer la plage de la roche percée avec la baie des tortues qui comme son nom l’indique, est une baie où viennent pondre les tortues.

Également très intéressant, le musée de Bourail, où l’on trouve des photos et objets des premiers français arrivés en Nouvelle-Calédonie, souvent sous la contrainte du bagne. L’aménagement d’une maison de l’époque, une boulangerie, des objets agricoles, une forge et la pièce phare: une guillotine…Vous trouverez aussi l’histoire de Bourail pendant la seconde guerre mondiale avec la présence des néo-zélandais sur l’île.

Les paysages verdoyants et de brousse contrastent avec la côte aux eaux turquoises et la plage de Poé où viennent les kite-surfeurs du monde entier.

Une randonnée équestre est certainement un bon moyen de découvrir la nature de la Nouvelle Calédonie. En parcourant de grandes distances à cheval, une balade guidée de plusieurs heures donne la possibilité d’admirer la diversité de la faune et de la flore et permet des traversées des forêts sèches et humides. Une chevauchée à Koné par exemple, est l’occasion de s’aventurer dans la chaîne.

 

  • Kone et Voh

A 3h de route de Nouméa, venez faire un tour du côté de Koné, la ville la plus chère de la Nouvelle calédonie. Ce secteur fût pour nous un grand moment de plaisir et d’émotions! Pourquoi? car nous avons eu la chance de survoler le cœur de Voh et le lagon pendant 3/4h avec Jean-Yves et Cécile de l’Hibiscus Hôtel, le seul à réaliser ce vol!
Et que dire si ce n’est que l’on se sent bien à bord de son Ulm, dernier cri, qui ressemble plus à un petit avion ultra moderne. Musique groovy dans le casque, nous entamons le survol du lagon passant au dessus de la barrière de corail, du trou bleu, puis bien entendu, du cœur de Voh, merveilleuse formation naturelles de 2 mangroves rendu célèbre par le photographe Yann Arthus Bertrand. Que dire… à part que je n’ai pas de mots pour décrire ce que je vois derrière ces vitres panoramiques, je sais juste que j’ai des étoiles plein les yeux car le coeur de voh m’a touchée!Survoler à basse altitude le lagon, vous permettra de voir peut être requins, raies manta dans ces eaux turquoises mais également baleines et baleineaux si vous êtes à la bonne période et chanceux bien évidemment! On ne peut se dire qu’une seule chose de là-haut… Que la nature est belle! Jean-Yves est un excellent pilote qui vous laissera même prendre les commandes de l’appareil pour que cet instant reste inoubliable et gravé à jamais!! Énormes sensations que de sentir l’appareil entre ses mains, croyez moi!

Passées ces 45 min de vol, vous redescendrez de l’avion avec l’impression d’une expérience vraiment unique et exceptionnelle, un moment gravé à jamais!

Côté pratique, l’hôtel hibiscus propose plusieurs formules allant du vol simple à 17 000F jusqu’aux formules avec nuit et/ou formules vol/nuit/plongée en partenariat avec un centre proche de Koné.

cout du vol par personne pour 45 minutes de bonheur: 143€

 

 

Nouvelle Calédonie_Mademoiselle voyage_coeur de voh_hotel hibiscus

 

LA COTE EST: DE HIENGHENE A CANALA, EN PASSANT PAR LA ROUTE A HORAIRES

 

Après de telles émotions, direction la côte Est et Hienghène par la magnifique route transversale entre Koné et Touho.
Nouvelle côte, nouvelle végétation et nouveaux paysages bien évidemment! La route côtière longe l’océan avec une végétation tropicale et des églises de missionnaires implantées ici et là.

On comprend mieux, une fois arrivés de ce côté, pourquoi la Nouvelle Calédonie ne comprend qu’environ 300 000 habitants.
Arrivés à Hienghène, nous avons rendez-vous avec “Baboo plongée” pour une découverte en bateau guidée de la baie.
Thierry vous emmène découvrir le rocher du billet de 500, la poule de Hienghène et vous explique tout sur les palétuviers, plantes autrement appelées mangroves.
Ce tour est vraiment très intéressant avec un Thierry plein d’humour, qui aime son pays. Son centre de plongée peut aussi vous emmener sur des spots à l’architecture atypique avec de très beaux tombant et des canyons.

Nous descendons ensuite toute la côte pour rejoindre Nouméa car nous sommes pris par le temps. Ceux d’entre vous qui s’en donneront plus, pourront s’arrêter à Poindimier pour y faire une randonnée palmée ou de la plongée sur le lagon où deux centres en proposent.

Nous poursuivons la route jusque Canala où les paysages passent au rouge. Ici, commencent les exploitations minières de l’or des Kanacs… Le nickel ! La terre devient rouge, la végétation aride semble s’être adaptée à un milieu très hostile et la route s’élève peu à peu!
Les vues qu’offre cette route sur la mer et les différentes baies sont absolument bluffantes et ceux qu’offrent l’exploitation minière aussi.

 

LE GRAND SUD: BAIE DE PRONY, PAYSAGE DE MINES DE NIKEL, CHUTES DE LA MADELEINE

 

De retour sur Nouméa, nous entamons une journée à la découverte du grand sud, accompagnés d’un pur kaldoche, Michel notre ami.
Dans l’esprit de Canala, nous retrouvons une terre rouge donnant des contrastes de couleurs étonnants aux paysages. Nous commençons notre tour par la baie du Prony. Celle-ci n’était rien jusqu’à ce que la France décide d’en faire une exploitation forestière pour subvenir aux besoins en bois de Nouméa grâce à une main d’œuvre de bagnards.
Des vestiges de cette période et du bagne reste visible avec des explications permettant de se remettre dans le contexte de l’époque.

Un peu plus loin, les chutes de la Madeleine (entrée à 300 F) vous offriront la possibilité de découvrir un espace botanique protégé avec un nombre d’espèces endémique impressionnant: 90% des plantes présentes sont endémiques à l’île. Au pied des chutes, vous pourrez voir l’arbre Agathis représentant le micro-endémisme. Et oui, cette arbre ne pousse qu’au pied de ces chutes et nulle part ailleurs dans l’île ou dans le monde. Absolument incroyable, bluffant et c’est aussi ça la Nouvelle-Calédonie! Juxtaposant les chutes, vous pourrez également faire le parc de la rivière bleu pour de belles ballades en VTT ou à pied.

 

NOUMEA ET LE LAGON: EXCURSIONS DEPUIS NOUMEA

Enfin, parlons un peu de Nouméa. La ville ne présente pas un intérêt extraordinaire et nous n’avons pas fait d’activités à son départ. Cependant, il est possible d’y faire de la plongée pour voir notamment des “murs de requins” au Phare amédée, ainsi que différentes activités nautiques. Entourée d’une barrière de corail et s’étendant sur plus de 1600km, la Nouvelle Calédonie revendique le plus grand lagon du monde (24000km2). Pour les amateurs de kitesurf c’est tout simplement le rêve! Pour tous les amateurs de glisse (planche a voile, surf, kitesurf…), les spots les plus beaux se trouvent aux passes dans le récif, le long du périmètre du lagon. (Ex: passe de dumbea). N’hésitez pas également à visiter le centre culturel Tjibaou, destiné à promouvoir la culture kanak.
Le lagon y est une nouvelle fois, très beau et une sortie bateau à la journée en faisant du snorkeling sera, également très plaisante !

 

Partager:

2 Commentaires

  1. DOUSSET
    4 mars 2020 / 18 h 04 min

    Bravo pour votre reportage !
    Petite erreur de frappe certainement, la nouvelle Calédonie a été rattachée à la France le 24 septembre 1853 et non 1953

    • Mademoiselle Voyage
      4 mars 2020 / 18 h 15 min

      Merci beaucoup Bertrand, effectivement erreur de frappe corrigée. Très bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.